«

»

Histoire du Couvent de ND de la Compassion

20 avril 2016 : « Histoire du couvent de N.D. de la Compassion » présentée par Jacques Péréto.

Monsieur Jacques Péréto nous a présenté, ce mercredi 20 avril, l’histoire du Couvent de Notre Dame de la Compassion. A cette occasion, Bernard Ouardes a remercié de leur présence les représentantes de la maison mère de Toulouse : sœur Jeanine Darricau, sœur Anna Mathilde Prieto, sœur Lydia Garcia ainsi que l’archiviste de la communauté, Henri Lample.

Il a également remercié Monsieur Séverin Bravo pour la reconstitution des façades du couvent en 1860. Elle nous a permis de découvrir la partie conventuelle aujourd’hui disparue : cloître, jardin, pensionnat, cellules.

La municipalité, souffrant d’un manque de pensionnat pour jeunes filles a fait appel au chanoine Garrigou, fondateur de la congrégation des sœurs de Notre Dame de la Compassion. Dès novembre 1844, les sœurs s’installent dans la ville. Le nombre d’élèves, pour la partie enseignement, compte en 1855, 101 inscriptions et à la veille de la fermeture en 1904, 200 élèves.

La loi du 7 juillet 1904 supprime tout enseignement congréganiste, la communauté des sœurs est alors dissoute. Monsieur Jacques Péréto nous apprend que suite à la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, le tribunal civil prononce en juin la liquidation aux enchères des biens de la congrégation. Seule la partie conventuelle trouve un acquéreur mais ce dernier afin de pouvoir tenir sa promesse d’achat se voit dans l’obligation de la démolir et de vendre les matériaux à des particuliers.

Suite à la dissolution de la communauté, une grande partie des sœurs repart dans leur famille, seules dix huit d’entre elles âgées et malades sont autorisées à loger provisoirement dans l’aile gauche attenante à la chapelle. Elles font valoir leurs droits et en juillet 1908, elles récupèrent le bâtiment à titre de pension, pour en faire « une maison hospitalière » qui leur est attribuée en indivision entre elles. Les sœurs reviendront à Castelsarrasin et reprendront leur activité caritative et hospitalière.

En 1907, trois sœurs, dont la fille aînée de la famille Châtinières, sœur Marie Saint-Michel, ainsi que d’autres sœurs de la Compassion de Marmande partiront en Espagne pour ouvrir une école à Bilbao, dans le quartier populaire « El Désierto ».

Nous remercions Monsieur Jacques Péréto qui nous a permis de découvrir une partie de notre histoire locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *