«

»

Alexandra David-Néel

Christian Stierlé, membre titulaire de l’Académie de Montauban et conservateur honoraire de la Médiathèque de Montauban, nous a présenté le mercredi 18 octobre à la Médiathèque            

Alexandra David-Neel (1868-1969) :
une grande dame sur les chemins d’un Orient mystique et ignoré.

Elle est la première Occidentale à avoir pénétré l’Himalaya, terre des mythes, espace de conquêtes, carrefour des mondes mongol, chinois et indien.

Toujours libre de ses choix, le plus important étant le bouddhisme mais aussi le féminisme, sources des croyances, à rencontrer les détenteurs de la connaissance, à transmettre à l’Occident la part autorisée des enseignements reçus. Exploration, orientalisme, écriture : sa longévité (elle a vécu 101 ans) lui a permis un oubli de soi peu commun, une volonté inaltérable, bref, du caractère ! Très tôt acquise à l’ascèse et à la philosophie bouddhiste, Alexandra n’a jamais failli.

Pourquoi donc ce désir constant d’établir un pont entre l’Orient et l’Occident, visible dans son œuvre ? Comment expliquer cette volonté supérieure, véritablement organique, de se déplacer sans cesse et de rechercher toujours un ailleurs ? Et que dire de cette nostalgie permanente de l’Asie qui l’habite, lors de sa réclusion finale dans sa maison de Digne (« Samten Dzong »), au cœur des Alpes de Haute Provence ? Partons donc sur ses traces dans un Orient, à son époque, mystique et ignoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *