«

»

Epices au moyen-âge

 

Monsieur Jean-Michel Garric, conservateur de musée des Arts de la table de l’abbaye de Belleperche a donné une conférence le mercredi 17 avril 2019 salle de la médiathèque à Castelsarrasin. Invité par l’Association de Sauvegarde du Patrimoine, il a captivé un public attentionné sur les préjugés, l’imaginaire, le commerce des épices.

Cet aliment végétal ou minéral, odorant, est utilisé pour assaisonner les plats ou les conserver depuis l’antiquité. Il faut ajouter à cela leur utilisation en médecine. La plupart de ces produits proviennent de contrées lointaines ce qui explique le prix élevé. Dès lors, seule l’aristocratie les utilise

Monsieur Garric nous invite par la suite à un voyage aux saveurs exotiques. Tour à tour sont mentionnées des épices aux noms évocateurs comme la graine de paradis qui deviendra maniguette quand elle perdra de son prestige…lointains comme le garingal, l’hysope, la myrte…sans oublier la cannelle, la cardamone, le safran et bien d’autres plantes aux vertus gustatives et thérapeutiques. Cependant, retenons la notoriété incontournable du poivre. Qu’il soit rouge, blanc, noir, vert, long sauvage originaire de Chine du Sri Lanka de l’Inde, sa palette de goût étonnant et diversifié en fait une célébrité. Si le poivre est l’épice « vedette », la plus chère cependant, est le safran.

L’histoire des épices est donc indissociable à des contrées lointaines : côte indienne de Malabar, Moyen-Orient, Chine, Afrique. Des premières caravanes en Afrique et Moyen -Orient jusqu’aux bateaux portugais, son commerce est mondial et fait florès.  Des fortunes considérables se construisent

Par la suite, les us et coutumes à la cour de Bourgogne nous sont contés Là, l’accès des épices est réservé uniquement au cuisinier, expert dans le choix des aromates, qui les délivre aux officiers spécialisés. On comprend tout de suite le rôle majeur qui est fait à ces aromates. Pareillement l’étude de la famille Barthélémy Bonis (1345-1365) sise rue Michelet à Montauban explique le fonctionnement de cette famille par l’utilisation des épices Où l’on découvre comment ces plantes mystérieuses et magiques sont devenues le symbole d’un luxe indispensable ainsi qu’une d’une attention toute particulière.

Les prix baissent dès le xix° siècle, les épices exotiques deviennent alors accessibles à de nombreux habitants européens. C’est la fin de produits exotiques très couteux réservés en grande partie à des familles fortunées.

Monsieur Garric, conférencier passionné et passionnant captive l’auditoire de bout en bout. Des mots à la bouche…tous et toutes à nos cuisines, convoquant souvenirs et notes de conférence, hommage aux épices. !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *